• Extrait de « La femme répondeur » par Cali Rise
    (avec son aimable autorisation)

    (...) Je suis celle qui sourit au travers de ses larmes.
    Je suis celle que tu charmes de ta voix de serpent.
    Celle que tu trompes sans émotion.
    Celle que tu dilapides sans prétention.
    Je suis celle que tu crois tenir.
    Je suis celle que tu crois détenir.
    Celle qui navigue en eaux troubles.
    Celle qui se désagrège sans retenue.
    Je suis celle qui brise tes garde-fous.
    Je suis celle qui t'entraîne à ta perte.
    Celle qui t'allume un peu trop fort.
    Celle qui te consume à grand feu.
    Je suis ta femme répondeur.
    Celle que tu peux appeler à toute heure (...)

     

    J'ai aimé...

    La lecture gourmande ou amère, toujours unique, de ses nombreux textes,

    La rareté de chaque instant : enfin littérature, sensualité, érotisme et émotion réunies dans ces petits bijoux ciselés de main de maîtresse, chacun illustré de photos de choix.

    Un coup de coeur qui n'a rien à voir avec le Fantastique ou la SF mais bien avec la magie, celle des mots.

    Retrouvez « Impudique » en cliquant dans mes liens ci-contre.


    votre commentaire
  •  

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p>"On peut répandre la lumière de deux façons : être la bougie, ou le miroir qui la reflète."

    </o:p>
    <o:p>(Edith Wharton)</o:p>

    1 commentaire
  •  

    "Un visage est-il un masque de comédie posé sur la tragédie de l'âme ?"

    (Shan Sa)


    3 commentaires
  •  

    "Chacun a en lui son petit monstre à nourrir".

    (Madeleine Ferron)


    1 commentaire
  •  

    "Mais j'aimais le goût des larmes retenues, de celles qui semblent tomber des yeux dans le coeur, derrière le masque du visage."

     (Valéry Larbaud)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique