• Simone de Beauvoir


    "Dans les sociétés où l'homme adore ces mystères, la femme est, à cause de ses vertus, associée au culte et vénérée comme prêtresse ; mais quand il lutte pour faire triompher la société sur la nature, la raison sur la vie, la volonté sur le donné inerte, la femme est regardée comme sorcière." ("Le deuxième Sexe". Folio. p. 273)

    Cette phrase de Simone de Beauvoir (dont on parle beaucoup à l'occasion du centième anniversaire de sa naissance) pourrait être le principe implicite que nos sociétés ont de tout temps soufflé aux oreilles des hommes qui
    les dirigeaient. C'est le regard masculin qui a forgé l'image de la femme : N'est pas Déesse ou Sorcière qui veut !
    Avant même d'évoquer ce qui caractérise le personnage féminin en art ou littérature, il faut nécessairement considérer son statut social : même vénérée, même protégée, elle est et a toujours été l'« Autre », un être inférieur. Pourquoi ?
    Parce qu'en Occident et presque partout, même aujourd'hui, les sociétés sont patriarcales. Fonder une société exige le conflit, la force et de par sa nature, la seule chose qu'une femme est censée fonder est une famille.
    On redoute qui l'on domine, on l'ignore aussi.
    A tous ces titres, il est bien plus commode de ranger l'Autre, de se le représenter avec des attributs définis qui en abolissent le mystère, qui le fixent à jamais dans l'infériorité.
    L'intuition, les défenses, les non-dits, la mascarade des apparences, autant d'attitudes que l'on a pu attribuer à la femme, sous-tendent en fait un danger plus insidieux, plus menaçant.
    Ils sont les expressions de son mystère.
    En effet, pendant des siècles, toute fille d'Eve était un « piège de Satan[1] » et cette malédiction vient du plus profond des âges.
    Avec la Création naît la séduction, la tentation, le désir de connaissance de l'Autre, le désir tout court. Et avec la séduction naît l'artifice qu'elle revêt pour s'exercer sur l'esprit et le corps de l'homme.
    Qui pouvait mieux que la femme incarner dans nos cosmogonies l'idée d'un Mal tentateur ?
    L'attirance n'est pas dévotion et elle peut tout naturellement être associée à la présence de Satan dont Todorov dit qu'il pourrait être simplement nommé le
    Désir.
    Pourquoi et comment la féminité a été et demeure encore aujourd'hui sourdement, profondément ressentie par l'homme comme Mal ? Un Mal nécessaire, fascinant, désirable ... (et la liste n'est pas exhaustive) certes, mais un mal tout de même qui prend sa source dans ce que l'Homme a de plus profond et de plus obscur en lui-même et que l'on pourrait appeler l'inconscient collectif. Inconscient qui fonde ses représentations dans le mythe. Ce Mal, la femme n'est pas accusée de le commettre, mais de l'incarner. Incarner, c'est donner chair. Le Mal consiste à revêtir de chair, à figer ce qui est de l'ordre du désir et de la parole. Si elle l'incarne, c'est dans son corps ; et c'est précisément ce corps, comme objet de désir et de répulsion qui sera exploité, décrit, fragmenté, appréhendé, craint, rêvé par de grands auteurs.
    A propos de la sexualité féminine, Freud employait la désormais célèbre formule de « continent noir. » Théoricien du psychisme, de l'inconscient mais également du Fantastique, il nous apporte une définition de ce sentiment que l'on projettera sur le genre lui-même, celle de l'« Unheimliche », ou l'inquiétante étrangeté
    [2].
    Elle est celle d'une étrangeté (sexuelle) de la femme décrite en terme de race comme l'absolument Autre.
    Cette étrangeté, cette mise à distance est aussi proximité violente d'un « double » de soi-même : autre côté, autre race, métaphore du dehors, de l'en-deça, de l'inessentiel ou du différent au plus profond de soi. Cette image, qui définit la femme comme définitivement Autre dans l'inconscient du sujet, la rend objet ; la réifie et donc l'éloigne, la soumet. Mais c'est aussi celle de cette terre sombre, « noire » au second sens du terme. Une terre de ténèbres, un lointain ailleurs, cet Autre inconnu qui a de tout temps à la fois terrifié et fasciné l'homme.
    Les mythes forgés par ce dernier sur la femme à travers les religions, les coutumes et les littératures prennent leurs racines dans cet inconscient qui assimile de façon séculaire l'Etranger(e) à l'Etrange et par là-même au Mal.

    Le regard de cette grande dame que fut Simone de Beauvoir sur la condition féminine est assimilé à un "raz-de-marée" pour certains dont je fais partie, à "un coup d'épée dans l'eau" pour d'autre. Toutefois, un pas fut franchi avec "Le deuxième Sexe" en 1949, les mentalités ont évolué certes mais il reste
    encore du chemin à parcourir dans la compréhension et l'acceptation de l'égalité comme des différences.

    Ligeia

    [1]
      Article « la sexualité féminine » .Encyclopédie Universalis – CD-Rom 1998.
    [2]  Freud, S. L'inquiètante étrangeté. Gallimard. Collection « Connaissance de l'inconscient ». 1985.


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 11 Janvier 2008 à 11:21
    coucou
    je dois filer au travail trop long pour que je puisse lire mais promis ce soir :) bisous @+
    2
    Saltimbanque
    Vendredi 11 Janvier 2008 à 16:36
    Le pouvoir de la femme..
    ...est de se plier à l'exigence de l'Homme, ce dernier n'aimant pas être dépassé...d'ailleus bons nombres de femmes furent brûlées en tant que sorcières au moyen âge, car elles avaient le pouvoir de guérison via les plantes, ainsi la phytothérapie fit son apparition. Mais l'Homme excédé par cette découverte trouva un moyen pour s'accaparer de cette science infuse qui fut inventé par les femmes, celles dont l'Homme disait: "l'être inférieur"...quoiqu'aujourd'hui, on en trouve encore quelques spécimens que l'on appelle d'ailleurs: MACHO!! Biz
    3
    Vendredi 11 Janvier 2008 à 20:03
    Simone...
    De Pochoir ! Une femme soumise à JPS, mais rebelle et prêtresse de l'émancipation, " Pas encore dans la parité lumineuse à l'heure présente ", des femmes. Avant, SdB,la femme craignait l'homme, depuis l'homme craint la femme. La monoparentalité a explosé depuis ! A quand " L'hermaphrodisme " ou " l'escargonisme " médical ! Bientôt le désir d'enfant ne serra plus que le luxe des seules depuis la nuit des temps, naturelles génitrices ! Un couple sur trois divorce, en ayant des enfants ! Pourtant, je ne suis pas concerné au premier chef, mais quel gachis " Affectif " ! A 50 ans, je préfère terminer mon existence seul et je n'arrive pas à comprendre " POURQUOI, je suis resté un amoureux fou de la femme ? ". SdB st JPS n'avaient pas d'enfants ! Soit par choix ou par stérilité politico-médico-littéraire ! Je n'adhère pas aux gens, donneurs de philosophie qui se complaisent dans leur égoîsme existentiel ! Bien à vous Ligeia. Armanny
    4
    Vendredi 11 Janvier 2008 à 20:54
    salut
    après une rude journée de travail cérébral je n'ai aucune envie de disserter!!! bisou quand même!!
    5
    Vendredi 11 Janvier 2008 à 22:36
    coucou
    je viens te souhaiter une trés bonne soirée, j'aime bien ce texte, comme beaucoup d'autres sur ce blog, bisous et amitié.
    6
    Eldarr
    Samedi 12 Janvier 2008 à 16:06
    Bonjour
    Un superbe texte, article ? que tu nous laisses là ! Je ne commenterais pas ici l'ayant déjà fait sur plusieur autres de tes textes qui évoquaient ce sujet qui me tien à coeur. Toujours un plaisir de passer par chez toi. Je te souhaite un bon Week-end.
    7
    Samedi 12 Janvier 2008 à 20:01
    :)
    c'est toujours un plaisir de passer par ici... j'espere que le cd de tarja ne vous a pas déçue...
    8
    Dimanche 13 Janvier 2008 à 13:42
    fée sans vents
    coucou. he oui, je suis enfin en vacances pour 2 semaines. alors je passerai aussi souvent que possible pour faire un petit coucou et mettre à jour mon blog. bon dimanche! bise d'une fée.
    9
    Dimanche 13 Janvier 2008 à 15:32
    si
    les bûchers existaient encore, je serai déjà brûler plusieurs fois...LOL ! bisou Ligeia
    10
    Lundi 14 Janvier 2008 à 22:51
    bonsoir ligeia
    une petite pensée pour toi ce soir et te fais pleins de bisous bonne nuit
    11
    Mardi 15 Janvier 2008 à 10:32
    je
    te fais de gros bisous ligeia passe une bonne journée :)
    12
    Mardi 15 Janvier 2008 à 23:46
    quel...quel...récit !!
    le sexualité féminine m'intérresse beaucoup. Il est vrai que nous les femmes nous nous sommes fort "expansées" bisous de la nuit
    13
    vince
    Mercredi 16 Janvier 2008 à 18:02
    point de vue
    la femme est l avenir de l homme mai trop peut d hommes le savent. bise a toi et les tien a plus
    14
    Mercredi 16 Janvier 2008 à 18:07
    J'ai trouvé un peu dommage
    que le Nouvel Obs titre sur son cul...La couv facile alors qu'il y a mieux à dire sur elle.
    15
    Vendredi 18 Janvier 2008 à 09:10
    attente
    votre absence se fait attendre... :)
    16
    Vendredi 18 Janvier 2008 à 09:45
    ....★
    les grands esprits se rencontrent.... ;-)
    17
    Vendredi 18 Janvier 2008 à 10:50
    en attendant
    que tu te remettes de tes peines, je me fais un peu de pub en te laissant mon nouveau site http://www.blogg.org/blog-70347.html . bizoux d'une fée
    18
    Mercredi 6 Février 2008 à 07:46
    Des Bêtes
    C'est étrange, moi ange du Mal je regarde de mes yeux doux l'Homme sous sa vérité de Bête. Car si sagesse devait considérer le monde suivant les actes, c'est bien l'Homme qui est le bras du diable, et non la Femme. Qui tue, viole, génocide sinon les hommes? De tout temps l'Homme n'a jamais pardonné à la Femme le cadeau que Dieu (?) le Vivant,que sais-je, a fait à son enfant préférée: celui de porter la Vie. De nos ventres coule le monde, comment pourraient-ils nous pardonner de n'être que des vecteurs?
    19
    Débo
    Samedi 22 Mars 2008 à 14:00
    citation
    "Le Mal, la femme n'est pas accusée de le commettre mais de l'incarner". Pouvez-vous me dire qui est l'auteur de cette citation ? Merci d'avance.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :